Travail de nuit et santé

On appelle « Travail de nuit » tout travail accompli entre 21h et 6h du matin. Le nombre de travailleurs de nuit en France est passé de 3,3 millions (15,0% des actifs) en 1990 à 4,3 millions (16,3%) en 2013. Cette organisation du travail peut présenter des risques pour la santé et nécessite une attention toute particulière.

Pourquoi cette organisation du travail incite-t-elle à faire attention à sa santé ?

L’Homme possède une horloge biologique située dans le cerveau qui nous permet d’être actif le jour et de nous reposer la nuit. C’est grâce à la lumière du jour et à la régularité des rythmes de vie que cette horloge fonctionne sur 24 heures.

Lors du travail de nuit, le fonctionnement de cette horloge se retrouve perturbé et impacte notamment :

  • la somnolence (plus importante au cours de la journée augmentant le risque d’accidents de la circulation et d’accidents de travail),
  • la qualité du sommeil et sa durée (temps de sommeil plus court : en moyenne 1 à 2 heures de sommeil de moins par 24 heures),
  • le syndrome métabolique (augmentation d’au moins 3 paramètres parmi les 5 suivants : le tour de taille, la pression artérielle, les triglycérides, le cholestérol et la glycémie)

L’impact sur l’horloge biologique peut avoir des effets à long terme sur :

  • la santé psychique
  • les performances cognitives
  • l’obésité et la prise de poids ou encore le diabète de type 2 et les maladies coronariennes.
  • la concentration de certains lipides dans le sang
  • l’hypertension artérielle et le risque d’AVC sont possibles
  • le risque de certains types de cancers, en particulier celui du sein

Par ailleurs, l’exposition à ce type d’horaires des femmes enceintes pourrait les exposer à des complications de leur grossesse.

Comment préserver sa qualité de vie et prévenir les risques ?

Dans le cadre du travail de nuit, il est essentiel d’adopter un certain nombre de règles de vie et de prévention pour mieux faire face au travail posté ou de nuit. Voici quelques conseils.

Le sommeil

–             Respecter des horaires réguliers de coucher et de lever autant que possible au cours de votre semaine de travail. Après un travail de nuit, aller au lit le plus vite possible.

–             Eviter les activités trop stimulantes juste avant le coucher (TV, jeux vidéo, sport intensif)

–             Pratiquer un sport régulièrement à distance du coucher vous permettra d’améliorer la qualité du sommeil et l’endormissement.

–             Bien aérer et isoler votre chambre de la lumière extérieure.

–             Limiter le bruit pendant le sommeil : prévenir votre entourage quand vous dormez pour éviter les réveils intempestifs. N’hésitez pas à utiliser des bouchons d’oreille si besoin !

–             Si vous êtes en poste du matin ou de nuit, la sieste de 30 min l’après-midi est utile pour lutter contre la dette de sommeil et compléter votre temps de sommeil sur 24 heures mais si votre sommeil a été insuffisant vous pouvez dormir 1 à 2 heures.

–             Ne pas recourir à des médicaments hypnotiques pour faciliter le sommeil.

–             Apprendre à reconnaître les signes de somnolence au volant ou au travail : concentration difficile, raideur de la nuque et tête lourde, picotements des yeux, sensations de paupières lourdes, bâillements.

–             Être particulièrement vigilant à ces signes lors du trajet de retour après un poste de nuit. Ne pas hésiter alors à s’arrêter pour dormir même si l’on est proche de son domicile car c’est à ce moment que les accidents de la circulation sont les plus fréquents.

–             Eviter de conduire si votre médecin vous a prescrit des médicaments qui favorisent la somnolence (voir pictogrammes présents sur leurs boîtes). Ne pas recourir à des médicaments psychostimulants pour maintenir la vigilance.

L’alimentation

–             Eviter une consommation excessive d’excitants (café, thé, colas, boissons énergétiques), surtout lors des 5 dernières heures de travail, afin de ne pas perturber le sommeil à venir.

–             Surveiller son poids en se pesant régulièrement 1 fois par mois

–             Prendre 3 repas variés et équilibrés par jour, si possible à des horaires réguliers. Une collation légère est possible. Ne pas sauter de repas et limiter le grignotage.

•            Travail de nuit :

Diner équilibré avant le travail. Collation entre 1h et 3h (riche en protéines et pauvre en graisse, ex : jambon poulet pain fruit). Petit déjeuner équilibré au retour du travail (ne pas se coucher le ventre vide pour éviter de se faire réveiller par la faim). Déjeuner normal et équilibré au réveil.

•            Travail du matin :

Diner équilibré la veille. Collation légère avant de partir au travail. Petits déjeuner vers 9h -10h. Déjeuner équilibré à midi.

Le Rythme de vie et la vie sociale

             S’exposer à la lumière du jour ou à une lumière artificielle élevée (sans regarder la lumière en face) avant le travail ou en début de poste pour resynchroniser votre horloge interne et augmenter votre vigilance.

–             Eviter la lumière du jour ou une lumière trop forte en fin de poste et lors du retour à votre domicile pour mieux préparer le sommeil qui va suivre de retour chez vous

–            Pratiquer une activité physique régulière (si possible à l’extérieur pour la lumière du jour)

–             Maintenir un lien social (ex : sport avec des amis)

Source : ANSES

Partager sur :

Efficience Santé au Travail engagé aux côtés des patients et des employeurs à chacune des étapes de la maladie

Chaque jour près de 1000 personnes apprennent qu’elles ont un cancer. Parmi elles, 400 sont en emploi au moment du diagnostic. Le maintien et le retour en emploi d’une personne touchée par le cancer est un véritable enjeu tant pour le salarié concerné que pour l’employeur. Efficience Santé au Travail accompagne d’une part les salariés dans leur retour à l’emploi et d’autre part les employeurs dans la mise en place d’une politique d’inclusion de la maladie au travail. Efficience Santé au Travail encourage ses entreprises adhérentes à découvrir et signer la charte des « 11 engagements pour améliorer l’accompagnement des salariés touchés par un cancer et promouvoir la santé » de l’Institut national du cancer. Dans ce cadre un webinaire est organisé avec l’intervention de l’Institut national du cancer, le jeudi 24 février à 11h.

 

Améliorer le retour et le maintien en emploi des salariés touchés par le cancer 

 

Dans le cadre de sa mission d’accompagnement des salariés et employeurs, Efficience Santé au Travail s’engage pour améliorer le retour et le maintien en emploi des personnes touchées par le cancer. 

C’est dans cet optique que le service de santé a déployé plusieurs actions d’accompagnement, dont la valorisation de la charte des 11 engagements. 

Initiée par l’Institut national du cancer, dans le cadre du Club des entreprises qu’il a créé, cette charte répond aux besoins des entreprises et de leurs collaborateurs. Elle propose des principes et des actions pour mettre en place une démarche cohérente de maintien et de retour en emploi des personnes atteintes de cancer. Les 11 engagements sont notamment destinés à :

– Améliorer l’accompagnement des salariés touchés par le cancer 

– Former et informer les parties prenantes de l’organisation 

– Promouvoir la santé 

– Evaluer et partager les actions et les pratiques

Selon les données de l’INCa, près de 60 entreprises et 1 ,5 millions de salariés et agents sont déjà concernés par ces engagements. Le webinaire du 24 février a pour objectif de sensibiliser et faire évoluer le regard sur la maladie en entreprise ainsi que de permettre l’inclusion des personnes malades dans le monde du travail via cette charte de 11 engagements. 

 

Partager sur :

95 % des Français n’ont pas une activité physique suffisante

Dans un avis publié le 15 février dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail alertait sur le manque d’activité physique et de sédentarité des Français. L’Anses estime qu’aujourd’hui, seulement 5 % des adultes ont une activité physique suffisante pour être protectrice. 

Les risques liés à une activité physique insuffisante

Le cumul entre manque d’activité physique et sédentarité (plus de 8 heures en position assise par jour) majore l’exposition aux risques pour la santé (maladies cardiovasculaires et à certains cancers, risque d’hypertension ou d’obésité).

 

Les femmes seraient les plus exposées au manque d’activité physique. L’Anses estime que 70 % d’entre elles ont une activité physique en dessous du niveau d’activité identifiés pour être en bonne santé, contre 42 % des hommes.

Quelles recommandations pour réduire les risques sur la santé ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande la pratique d’une
activité physique régulière pour prévenir les maladies cardiovasculaires et les
autres pathologies telles que le diabète ou encore le cancer.

L’Anses préconise de cumuler différents types et niveaux
d’activité pour être en bonne santé :

  • 5 fois par semaine, pratiquez 30 minutes d’activités

    cardiorespiratoires, (cela peut par exemple être : monter les escaliers, faire

    du vélo, courir, marcher à bonne allure etc.…).

  • 1 à 2 fois par semaine, effectuez du renforcement musculaire

    (comme par exemple : porter une charge lourde, jouer au tennis, faire de la

    natation ou de l’aérobic…).

  •  2 à 3 fois par semaine,

    réalisez des exercices d’assouplissement (Par exemple de la gymnastique, du

    yoga, de la danse…).

  • Si vous travaillez devant un ordinateur toute la journée, faites

    des pauses toutes les heures et levez-vous pour rompre les temps de sédentarité. 

Retrouvez également
le replay de notre webinaire « Activité physique » pour retrouver
toutes les astuces de nos experts pour lutter contre la sédentarité.

Partager sur :

Danger Amiante : un fonds d'indemnisation des Victimes de l'Amiante

Aujourd’hui, de nombreux professionnels sont exposés à l’amiante dans la pratique de leur métier. L’amiante peut être dangereux pour la santé et engendrer des complications.
Le fond d’indemnisation des Victimes de l’Amiante peut indemniser TOUTES les victimes de l’Amiante.

Elle peut indemniser les victimes quelle que soit leur situation ou la façon dont elles ont été exposées. 

Le FIVA garantit une indemnisation simple,rapide et juste.

Depuis sa création, il y a plus de 20 ans, le FIVA a indemnisé plus de 110 000 personnes.

99,5 % des victimes atteintes de pathologies graves sont satisfaites des services du FIVA.

 
Vous avez été exposé à l’amiante et vous avez développé une pathologie liée à l’amiante 
Appelez le

0801 90 24 94

(numéro gratuit)
ou consultez
Partager sur :

Cancer et emploi : parlons-en !

Chaque année, c’est près de 400 000 personnes qui apprennent qu’elles ont un cancer. Parmi elles, 40% sont en emploi lors de ce diagnostic. A l’impact de la maladie sur leur vie personnelle, s’ajoute une dégradation de leur situation professionnelle et financière.

En effet, cinq ans après leur diagnostic :

  • Le taux d’emploi est passé de 87,3 % à 75,9 %**
  • Le taux de chômage, de 7,3 % à 9,5 %**
  • 26,3%** d’entre eux ont vu leurs revenus baisser

Anticiper le plus tôt possible le maintien en emploi des malades du cancer est un enjeu majeur pour tous : patient, employeurs, collègues…

Efficience Santé au Travail aux côtés des patients et des employeurs à chacune des étapes 

Le maintien et le retour en emploi d’une personne touchée par le cancer est un véritable enjeu tant pour le salarié concerné que pour l’employeur.

Efficience Santé au Travail accompagne d’une part les salariés dans leur retour à l’emploi (mesures mobilisables,  recommandations à destination de l’employeur, aménagement du temps de travail, accompagnement psycho-social…) et d’autre les employeurs dans la mise en place d’une politique d’inclusion de la maladie au travail.

Afin de répondre aux interrogations des dirigeants, professionnels des ressources humaines ou encore managers qui ont un rôle important à jouer dans l’accompagnement du salarié, Efficience Santé vous propose un webinaire sur le sujet : « Cancer et emploi, parlons-en ! » le vendredi 11 février à 14h.

Retrouvez également nos conseils pour accompagner vos salariés dans notre plaquette sur le sujet : https://www.efficience-santeautravail.org/wp-content/uploads/2022/02/Emploicancer_V4.pdf

Devenez une entreprise engagée

Afin de répondre au mieux les enjeux du maintien et du retour à l’emploi, l’Institut national du cancer (INCa) propose aux entreprises qui le souhaitent de signer une charte de « 11 engagements pour améliorer l’accompagnement des salariés touchés par un cancer et promouvoir la santé ».

Ces engagements visent notamment à :

– améliorer l’accompagnement des salariés touchés par le cancer

– former et informer les parties prenantes de l’organisation

– promouvoir la santé

– évaluer et partager les actions et les pratiques

Aujourd’hui près de 60 entreprises et 1 ,5 millions de salariés et agents sont concernés par ces engagements.

Pour accompagner les signataires dans les mises en œuvre d’actions concrètes, l’Institut anime un club des entreprises destiné à favoriser les échanges de bonnes pratiques et nourrir le débat et la réflexion sur le sujet.

Vous souhaitez en savoir plus sur la charte et sur le club des entreprises ?

Rendez-vous le jeudi 24 février, à 11h pour un webinaire avec l’INCa pour découvrir plus en détail la charte des 11 engagements et le club des entreprises.

Inscription du lien suivant : https://www.linkedin.com/embeds/publishingEmbed.html?articleId=8927851527669103194

Partager sur :

Télétravail : un webinaire pour savoir comment le gérer et éviter ses impacts sur notre santé

Le 15 Février 2022 de 11h à 12h,  Santé au Travail – Fédération Ile-de-France organise un webinaire pour comprendre comment gérer et éviter les impacts du télétravail sur notre santé.

Après une période de télétravail imposé, le nouveau protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise en date du 21 janvier 2022, mis à jour et applicable au 02 février, maintient la recommandation de télétravail.

C’est pourquoi nous vous proposons ce webinaire avec au programme :

  • bien s’installer à son poste de télétravail

  • organiser au mieux ses journées

  • garder une bonne hygiène de vie par une alimentation adaptée, un temps d’activité physique et un sommeil réparateur

Des experts répondront à toutes vos questions.

Vous pouvez retrouver ci-dessous notre brochure sur les bonnes pratiques en télétravail et notre page dédiée au télétravail.

Partager sur :

Covid-19 : ce qui change depuis le 2 février 2022

Le 20 janvier, le gouvernement avait annoncé un allègement des contraintes en plusieurs étapes. Depuis le 2 février, certaines des restrictions ont été levées. Quels sont les points à retenir ?
Le télétravail n’est plus obligatoire mais toujours recommandé
  • Le télétravail obligatoire, au moins trois jours par semaine, dans la mesure du possible, n’est plus obligatoire. Il reste toutefois recommandé.

Fin du port du masque à l’extérieur
  • Le port du masque à l’extérieur n’est plus obligatoire, cela concerne notamment les files d’attente, marchés ou remontées mécaniques. Cette mesure reste toutefois recommandée quand la distanciation sociale ne peut pas être respectée.

Fin des jauges
  • Depuis le 2 février, les lieux recevant du public assis peuvent à nouveau afficher complet. Plus aucune limitation du nombre de visiteurs admis ne sera appliquée. Le port du masque dans ces lieux reste obligatoire.

Le gouvernement prévoit d’assouplir d’autres contraintes dans les semaines à venir.

Vous pouvez retrouver ci-dessous un calendrier avec les assouplissements prévus.

Partager sur :

Coiffure et esthétique : un webinaire pour protéger la santé de vos salariés

Le 7 Février 2022 de 10h à 11h, l’Assurance Maladie – Risques professionnels organise un webinaire consacré à la prévention des risques dans les entreprises de la coiffure et de l’esthétique.

L’Assurance Maladie- Risques professionnels mets en place des solutions simples et gratuites pour protéger la santé de vos salariés et celle de votre entreprise !

Des experts métiers seront présents pour répondre à toutes vos questions.

Au programme de ce webinaire :

  • des éléments sur les principaux risques dans votre activité

  • la présentation d’outils simples et pratiques, adaptés à votre taille d’entreprise

  • un temps de questions/réponses avec des professionnels de la prévention dans votre secteur

  • un moment pédagogique et interactif

Vous pouvez retrouver ci-dessous nos fiches sur les risques et les bonnes pratiques dans un salon de coiffure.

Partager sur :