Première édition des Trophées Bossons Futé !

Notre partenaire Bossons Futé a célébré mardi 10 octobre sa toute première édition des Trophées pour récompenser l’excellence dans la prévention des risques professionnels. 

Sous l’égide de Madame Astrid Panosyan-Bouvet, députée de la 4ème circonscription de Paris et membre de la commission des affaires sociales, la cérémonie a récompensé 6 Lauréats parmi les 14 candidats en liste. 

La soirée a rassemblé environ 200 convives, parmi lesquels étaient présent des acteurs majeurs de la prévention, des dirigeants d’entreprises et des professionnels des ressources humaines.

Cette première édition riche en émotion a récompensé six lauréats pour leur engagement dans la prévention des risques professionnels :

– Filariane – Lauréat de la catégorie innovation 

– Fleury Michon – Prix de l’Impact 

– mon Martin et Carrefour – Prix de la Cohésion 

– l’Hotel Baudelaire Opéra – Catégorie Handicap et Emploi 

– Anapix Médical et Naval Group – Catégorie Duo 

–  Optiméo et l’université de Picardie Jules Verne – Prix du Public (après un vote en ligne)

Félicitation à tous les lauréats dont Alice Belfer, directrice de l’Hôtel Baudelaire et adhérente d’Efficience Sante au travail, pour son prix dans la catégorie “Handicap et emploi”. 

La cérémonie à continué avec un temps de rencontres et d’échanges autour d’un cocktail accompagnée de l’ambiance musicale de la chanteuse Kicca et ses musiciens. 

Bossons Futé souhaite exprimer sa gratitude envers Madame la députée Astrid Panosyan-Bouvet pour sa Présidence, le Président du jury, Monsieur Philippe Garabiol, secrétaire général du conseil d’orientation des conditions de travail ainsi que les jurés, Olivier Pohu, Christelle Gros, Vincent Giraudeaux, Audrey Cordier et Nina Tarhouny, pour les investissements dans l’évaluation des candidats.

Fort du succès de cette première édition, l’association invite tous les acteurs de la prévention désireux de partager leur expérience à se faire connaitre pour participer à l’édition suivante en 2024.

Partager sur :

Punaises de lit, comment combattre ce fléau ?

La punaise de lit est un petit insecte de la taille d’un pépin de pomme, qui a un corps de forme ovale. Brun et sans aile, un adulte à jeun mesure environ 5 à 7 mm de long. 

Apres s’être nourri, il grossit légèrement et prend une teinte rouge sang foncé.

La punaise de lit se nourrit la nuit, principalement de sang humain. Elle ne peut pas grimper facilement sur le métal ou les surfaces polies, encore moins voler ou sauter.

Dans un premier temps nous allons vous expliquer comment reconnaitre une piqure de punaise de lit puis ensuite Quels sont les signes qui doivent faire suspecter la présence de punaises de lits ? pour terminer comment prévenir des infestations

Comment reconnaitre une piqure de punaise de lit ?

La piqûre de punaise de lit est souvent indolore au moment même de la piqûre. Mais 1 à 2 heures plus tard apparaissent des démangeaisons et des traces rouges sur la peau comme une grosse piqûre de moustique.

Les piqûres se localisent généralement sur les parties non couvertes des bras, des jambes et du dos, elles sont généralement multiples. Ces lésions disparaissent spontanément en quelques jours, et ne nécessitent habituellement, pas de traitement particulier.

Il faut éviter de se gratter pour ne pas surinfecter les lésions. Dans de rares cas, elles peuvent entrainer une réaction allergique localisée. Si vous souffrez de démangeaisons persistantes, consulter votre médecin. Les punaises de lit ne sont pas vecteur de maladies connues.

Quels sont les signes qui doivent faire suspecter la présence de punaise de lit ?

Les punaises de lit aiment les espaces sombres et les endroits calmes. Les chambres à coucher et salon avec canapé sont les pièces principalement ciblées.

Ces insectes sont petits et surtout leurs larves (1 à 2 mm). Il est difficile de les repérer, car ils peuvent s’insinuer dans les moindres espaces.

Une infestation de punaises de lits se constate cependant par :

– La présence de piqûres visibles sur la peau, souvent groupées. ;

– La présence de punaises et de leurs déjections : petites taches noires sur le matelas, les draps ou les murs ;

– La présence de grandes et longues traces de sang sur les draps. Elles sont dues à l’écrasement des punaises lors du sommeil de la personne.

Les punaises de lits ne sont pas limitées à un type d’habitation. d’immeubles d’habitation, d’hôtels, d’avions et d’hôpitaux. La propreté d’une habitation n’est pas un facteur évitant une infestation.

Comment prévenir des infestations ?

Durant un voyage : Dans votre chambre d’hôtel, ne posez pas votre valise ni vos vêtements sur le lit. Préférer un plan dur, comme une table.

Inspecter éventuellement la chambre pour détecter la présence de punaises.

Au retour de voyage, déposez vos bagages sur une surface dure loin des endroits où les punaises pourraient nicher ;

Lavez, à au moins 60 °C, vos vêtements immédiatement après les avoir sortis de la valise.

Lavez également cette dernière à l’eau, à la même température

Mettez les objets non lavables dans le sèche-linge et faites un cycle d’au moins 30 minutes à la plus forte température possible.

Pour les objets qui ne sont pas lavables en machine, mettez les au congélateur à – 20°C au minimum pendant 48 heures.

Partager sur :

Se faire dépister peut vous sauver

Avec près de 62 000 nouveaux cas de cancer du sein cette année, la campagne Octobre Rose est plus que jamais indispensable.

Elle a pour objectif de sensibiliser les femmes à l’importance du dépistage du cancer du sein.

Détecté tôt, le cancer du sein est guéri dans 90% des cas !

Il est donc conseillé de faire une mammographie tous les deux ans à partir de 50 ans et d’avoir un suivi chez votre médecin généraliste ou votre gynécologue : tout savoir sur le dépistage organisé

Le cancer du sein est le plus fréquent chez la femme, il représente environ 33% des cancers féminins. 

80% des cancers du sein se développent après 50 ans et l’âge médian du diagnostic est de 64 ans. Le cancer du sein engendre 12 100 décès par an. 

Une auto-surveillance régulière est également préconisée à partir de 25 ans et à intervalle des règles. 

En cas de symptômes, ne surtout pas attendre et consulter un professionnel de santé. 

Partager sur :

Stop aux accidents du travail graves et mortels

Chaque jour, deux personnes meurent au travail et plus de cent sont blessées gravement. Même si le risque zéro n’existe pas, les accidents graves et mortels au travail sont inacceptables et intolérables. Derrière les chiffres encore trop élevés, ce sont des milliers de personnes, victimes et proches, qui voient leur vie bouleversée.

Pour sensibiliser employeurs, salariés et grand public, le gouvernement lance une grande campagne de communication avec, pour mot d’ordre Sécurité au travail : responsabilité de l’entreprise, vigilance de tous

Un constat alarmant

En 2021, près de 640 000 accidents du travail ont été déclarés pour les salariés du régime général et du régime agricole, dont 39 000 accidents du travail laissant des séquelles durables pour la victime (6 % du total des AT). Près de 700 décès, dont 37 de jeunes de moins de 25 ans, sont à déplorer.

Certains secteurs d’activité sont plus exposés aux accidents que la moyenne : la construction, l’agriculture , les industries extractives, le travail du bois, le transport et l’entreposage.

La nature et les causes de ces accidents sont multiples, les plus fréquentes sont : les chutes de hauteur, les accidents de la route, les accidents en lien avec l’utilisation d’une machineetc. 

Ces accidents résultent trop souvent d’une mise en œuvre insuffisante des mesures de prévention et d’un manque de sensibilisation des acteurs.

L’employeur est responsable de la santé et de la sécurité des travailleurs. Il a l’obligation légale de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer leur sécurité et protéger leur santé physique et mentale.

Votre service de santé au travail vous accompagne

Les mesures de prévention doivent toujours être adaptées à l’évolution des circonstances et s’articulent autour de trois principaux axes :


          – Des actions de prévention des risques professionnels 

          – Des actions d’information, de sensibilisation et de formation

          – La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés

La réalisation du Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels (DUERP) permet la mise en place d’un plan d’actions de prévention adaptées.

Votre service de santé au travail vous accompagne à chacune des étape.

La prévention bénéficie à toutes et tous

Pour les travailleurs, la prévention permet de travailler dans un environnement sain et sécurisé, ce qui réduit le risque d’accidents et de maladies professionnelles. Elle permet également d’améliorer le bien-être au travail, ce qui se traduit par une meilleure santé, une meilleure qualité de vie et une plus grande satisfaction professionnelle.

Pour les employeurs, la prévention permet de réduire les coûts liés aux accidents et aux maladies professionnelles, tels que les coûts médicaux, les indemnités d’incapacité temporaire ou permanente, ou encore les coûts de remplacement des travailleurs absents. Elle permet également d’améliorer la productivité, la qualité du travail et la réputation de l’entreprise. 

Partager sur :

Un coeur qui va est un coeur qui bat

Le 29 septembre c’est la journée mondiale du coeur, une belle occasion de parler de cet organe clef ! 

Dans cet article nous allons vous donner l’ensemble des informations pour entretenir votre cœur. Quels sont les facteurs de risque, comment prendre soin de votre coeur et comment agir pour aider une personne victime d’une crise cardiaque.

Les facteurs de risque pour le cœur

Les facteurs de risque augmentent la probabilité de développer des problèmes cardiaques et vasculaires. Les principaux facteurs de risque pour le cœur sont les suivants :

1. Le Tabac : 80% des victimes d’infarctus âgées de moins de 45 ans sont des fumeurs. Les substances chimiques présentes dans le tabac endommagent les parois des artères et augmentent le risque de formation de caillots sanguins.

2. La Sédentarité :  L’inactivité peut contribuer à l’obésité ou encore à l’hypertension artérielle. Il est essentiel de bouger régulièrement tout au long de la journée. Pourquoi ne pas descendre un arrêt de bus plus tôt en allant au travail ? 

3. Le Cholestérol : Un cholestérol élevé dans le sang peut entraîner la formation de plaques graisseuses dans les artères, ce qui réduit le flux sanguin vers le cœur. Contrôlez votre taux de cholestérol régulièrement adapté

4. L’hypertension Artérielle : L’hypertension artérielle est un facteur de risque majeur pour les maladies cardiaques. Faites vérifier régulièrement votre tension artérielle et suivez les recommandations de votre médecin pour la maintenir sous contrôle.

5. L’obésité : L’excès de poids augmente le risque de problèmes cardiaques. Maintenez un poids santé en adoptant un mode de vie actif et une alimentation équilibrée.

6. Diabète : En 2021, 6,7 millions de personnes qui sont décédées de complications liées au diabète. Si vous êtes diabétique, suivez strictement les conseils de votre médecin pour gérer votre glycémie.

7. La consommation d’Alcool : Une consommation excessive d’alcool peut entraîner l’hypertension artérielle, l’obésité, et des problèmes cardiaques. Limitez votre consommation d’alcool. 

Les conseils pratiques pour bien entretenir le coeur

1. Alimentation : Optez pour une alimentation variée et équilibrée. et réduisez votre consommation de sel, de sucre, de graisses saturées et d’alcool. Retrouvez nos conseils pour une alimentation équilibrée 

2. Activité Physique : Essayez de faire au moins 150 minutes d’activité modérée chaque semaine. Retrouvez nos conseils pour bouger plus.

3. Gestion du Stress : Le stress chronique peut avoir un impact négatif sur la santé cardiaque. Apprenez gérer votre stress. Prenez également le temps de vous détendre et de vous reposer suffisamment. 

3 gestes pour sauver une vie

En cas de crise cardiaque, chaque minute compte. Voici quelques gestes essentiels à connaître pour sauver une vie :

  1. Appelez les secours immédiatement : Composez le numéro d’urgence (15 ou 112)  dès que vous suspectez une crise cardiaque.

  2. Réalisez un massage cardiaque : Si la personne est inconsciente et ne respire pas normalement, commencez immédiatement le massage cardiaque.

  3. Utilisez un défibrillateur automatisé externe (DAE) : Si un DAE est disponible, suivez les instructions pour son utilisation. Ces dispositifs peuvent rétablir le rythme cardiaque normal.

Pour en apprendre plus sur le coeur 

Partager sur :
Eviter les chutes de plain-pied et de hauteur

Prévenir et lutter contre le sexisme ordinaire en entreprise

Pour prévenir et lutter contre le sexisme ordinaire en entreprise : “Elle a ses règles aujourd’hui ?”, “ça va ma jolie” ou encore “une vraie gonzesse celui-là”. Qui n’a jamais entendu ces remarques ou attitudes qui continuent de nourrir les stéréotypes de genre et entretenir les inégalités ? Il s’agit de sexisme ordinaire. Nos expertes, Christelle Collinet et Magali Lopez explique dans cette interview comment votre service de santé au travail peut vous accompagner dans la prévention et la lutte contre le sexisme ordinaire.  

Partager sur :